Composter son jardin en un tour de main

Vous ne savez pas quoi faire de vos déchets ? Fabriquez du compost avec ! C’est facile, économique et écologique. Tous les jardiniers l’utilisent pour apporter au sol les nutriments favorisant le bon développement des plantes. Nous allons vous expliquer en quoi cela consiste et comment bien le réaliser. Suivez-le guide !

Composter son jardin en un tour de main

Pourquoi composter ?

Le compost est un procédé de transformation biologique constitué de différents déchets provenant des végétaux ou des animaux. Lorsqu’ils sont décomposés après maturation par les micro-organismes, mélangés et formés en tas, ils se transforment alors en engrais naturel. Cette matière permet de nourrir les plantes et favorise leur résistance aux maladies. Le sol est ainsi plus apte à retenir l’eau et les éléments nutritifs dont vos plantes ont besoin. En variant la composition de vos déchets, votre compost sera plus complet ! Écologique, il réduit vos quantités de déchets, limite l’utilisation des transports, des décharges et des incinérations. Economique, vous n’aurez plus besoin d’acheter de l’engrais

Les déchets possibles à composter :

  • A la maison : fruits et légumes pourris, épluchures, coquilles d’œuf, marc de café, filtres en papier, papier journal, mouchoirs en papier, bouquets fanés, sciures, cartons…
  • Au jardin : feuilles non contaminées par les maladies, branches, déchets de taille, herbes tondus…

Tous les déchets qui ne sont pas organiques ne peuvent pas être compostés : verres, plastiques…

Quelques règles à suivre pour composter

La première chose à faire est de choisir un bon composteur. Plusieurs modèles de différents litres existent en fonction de ces besoins. Le composteur thermoking 400 litres vert résiste bien aux chocs et aux UV. Il maintien une température idéale et son couvercle clipsable permet d’évacuer l’humidité. Ensuite il faut le placer dans un endroit ensoleillé et dégagé pour pouvoir retourner les déchets avec votre bêche.

Pour créer le compost, commencez par hacher vos déchets en tronçon de 15 cm pour qu’ils se décomposent plus rapidement et humidifiez-les. Ensuite, créez plusieurs couches. Alternez déchets bruns (marc de café, sachets de thé, feuilles mortes…) et déchets verts. 40% de verts contre 60% de bruns. Pour faciliter la décomposition, vous pouvez incorporer de l’ortie ou de la consoude au mélange. Mélangez tous les déchets et aérer le tout en brassant le mélange et enfin arrosez si besoin pour conserver un bon taux d’humidité. 

Les gestes à adopter après la fabrication du compost

Une fois le compost fabriqué, observez l’aération et le taux d’humidité 2 à 3 semaines après. Une odeur d’œuf pourri signale un manque d’air et une présence trop importante de déchets organiques verts. Dans le cas contraire, l’absence d’odeur prévient un manque d’eau. 

Ensuite 10 semaines après, la chaleur du compost va baisser et un feutrage blanc va apparaître. Les bactéries vont ingérer les déchets ce qui donnera alors du compost. Pour accélérer la décomposition des tontes, épluchures, feuilles mortes…, vous pouvez utiliser un activateur de compost qui va développer l’activation de la vie microbienne. 

6 à 12 mois après, le compost va perdre de son activité microbienne. Il pourra alors être répandu sur des zones cultivées ou servir de support pour les plantations. Le compost sera bénéfique pour fertiliser le sol, retenir l’eau et nourrir les plantes pour qu’elles soient plus résistantes.

“Pour savoir si votre compost est mûr, il doit dégager une odeur de sous-bois et être granuleux”

Il s’utile en paillage aux pieds des légumes et vivaces.

CET ARTICLE VOUS A-T-IL ETE UTILE ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *