Courges

Courges

Tout sur les courges : différentes variétés, recettes et bienfaits pour la santé

Les différentes variétés de courges sont toutes annuelles, à tige herbacée et à fleurs jaunes unisexuées. Originaires des pays chauds, elles demandent pour végéter une température supérieure à 10°C et 4 à 5 mois pour accomplir leur cycle végétatif. Il existe des variétés d'été dont les fruits se consomment jeunes, fraîchement cueillis, cuisinés avec des tomates, aubergines et poivrons, ce sont les courgettes.

D'autres au contraire ont une bonne conservation et se consomment tout l'hiver à l'abri du froid et de l'humidité : ce sont les gros potirons rouge vif à côtes, les giraumons turbans, les pâtissons. La culture se fait en pleine terre bien enrichie avec des fumures organiques. Il faut compter un large espace d'au moins 1 à 2 m2 par plant.

On sème en mai en poquets sur des emplacements ainsi préparés : un trou est ménagé à la bêche, rempli aux deux tiers de fumier et comblé avec du terreau. Après un arrosage et lorsque le temps est doux, les graines germent et la plante se développe très rapidement.

Parmi les variétés à découvrir :

La courge «Zucchini» : ce légume est semé directement en pleine terre de la mi-mai à la fin mai. Le sol doit être moyennement lourd et très humique. Une fertilisation de fond de cent grammes par mètre carré et par la suite, deux apports assurent un développement régulier. La distance entre les plantes doit être de 50 cm et les rangs doivent être espacés de 1 m. On récolte les fruits à partir d'une vingtaine de centimètres. Il ne faut pas les peler pour ne pas perdre leur goût. On les consomme crus ou cuits.

Le potiron peut être semé en avril dans des petits pots et repiqué à la mi-mai à l'extérieur (une plante au mètre carré) ou être semé directement dans le jardin à partir de la mi-mai. La terre doit être meuble et riche en matières nutritives, c'est pourquoi on les place souvent sur un tas de compost. Parmi les potirons, il existe des espèces grimpantes ou non. Pour les conserves, il est recommandé de prendre le potiron géant jaune .

Les courges, les potirons, les citrouilles et les potimarrons appartiennent à la famille des cucurbitacées et sont connus sous l’appellation de « légumes fruits ». Voisins de la courge d’été, c’est-à-dire la courgette, ils se distinguent par des tiges rampantes et peuvent atteindre jusqu’à 4 m de longueur. Les fruits sont sphériques et aplatis, plus ou moins côtelés selon les espèces et certaines variétés peuvent peser plusieurs dizaines de kilos. L’un des avantages des courges, potirons et potimarrons réside dans le nombre de variétés disponibles et leur facilité de culture.

La production des courges et des citrouilles s’effectue au mois d’octobre, c’est-à-dire cinq à six mois après le semis. Cette période explique également que l’on utilise ces légumes fruits pour les transformer en objets de décoration pour la fête d’Halloween.

Les courges, les potirons, les citrouilles et les potimarrons apprécient des sols riches et meubles ainsi qu’une exposition ensoleillée.

Le semis des courges et des citrouilles se fait de préférence en poquets de terreau espacés de 2 m en longueur et en largeur afin de permettre aux plantes de se développer. Le semis des courges et des citrouilles s’effectue directement en place, une fois les risques de gel écartés, en plantant trois graines par poquet, sous une fine couche de terreau d’environ 2 cm. Il faut compter environ 10 jours pour que la levée se produise, à une température de 12 à 15 °C. Une fois la levée effectuée, il convient d’éclaircir pour ne conserver que les plus beaux plants de chaque poquet.

Une fois qu’ils ont atteint quelques centimètres et qu’ils portent de quatre à cinq feuilles, les jeunes plants de courges de citrouille doivent être taillés au niveau de la tige principale, après la deuxième feuille. Cette première taille encourage l’apparition de nouveaux rameaux. Il faudra ensuite procéder à une deuxième taille, lorsque les nouveaux rameaux porteront huit feuilles. Une troisième taille consiste à pincer les rameaux portant les fruits, à raison de deux feuilles après chaque fruit, afin de favoriser le développement des courges et des citrouilles. En raison du poids des fruits, surtout pour les variétés de courges et de citrouilles dont le calibre est important, mieux vaut ne conserver qu’un seul fruit par pied.

L’entretien des courges, des citrouilles, des potirons et des potimarrons n’est pas compliqué. Pour conserver l’humidité du sol, installez un paillage autour des pieds de vos plantes, ce qui limitera l’évaporation. Durant l’intégralité de la culture, arrosez généreusement et régulièrement. Une fois que les fruits apparaissent, n’hésitez pas à les pailler au niveau de la partie inférieure, pour éviter un contact direct avec la terre. Un peu d’engrais liquide bio, ajouté à l’eau d’arrosage, fera le plus grand bien à vous légumes fruits.

Il est préférable de récolter les courges et les citrouilles à pleine maturité. Elles se conserveront plus longtemps. Pour savoir si une courge est mûre, observez des signes de faiblesse comme par exemple les tiges qui s’assèchent, le feuillage qui jaunit et le pédoncule qui fait mine de vouloir se détacher des courges. Ces signes indiquent qu’il est temps de passer à la récolte.

Vous pourrez ensuite profiter de votre récolte afin de confectionner de bonnes soupes et des décorations d’Halloween. Pour évider une citrouille, commencez par la partie supérieure et conservez la chair afin de la cuisiner. Outre les soupes, le jus de citrouille est également très appréciable à l’apéritif. Pensez-y !

Pâtissons et coloquintes

Le pâtisson est un légume d’antan, peu calorique et riche en vitamines et en fer. Un légume potager très décoratif par ailleurs, également connu sous le nom de « bonnet de prêtre » ou encore « couronne impériale ». Le pâtisson est une courge qui mérite sa place d’honneur au potager. Relativement méconnu, le pâtisson est absolument délicieux lorsqu’il est cuisiné et se cultive comme toute autre courge. La coloquinte, quant à elle, partage un aspect très décoratif avec le pâtisson. De la famille des cucurbitacées, elle trouve ses origines en Amérique du Sud. Présentant des formes et des couleurs étonnantes, la coloquinte n’est pas consommée et son rôle reste essentiellement décoratif.

La culture du pâtisson nécessite un emplacement ensoleillé dans un sol riche. L’apport d’engrais pendant la période de culture permettra aux plantes de s’épanouir correctement. Le semi du pâtisson s’effectue une fois les risques de gelées écartés, c’est-à-dire au mois de mai, voire au mois de juin selon les régions. Chaque plant doit être espacé de son voisin d’environ 1 m afin que le pâtisson puisse prospérer et ne pas prendre de place sur les autres cultures. Semer des pâtissons est très simple, dans la mesure où il suffit de planter les graines à quelques centimètres de profondeur, à raison de deux ou trois graines par trou. Une fois les premières plantules apparues, protégez le sol à l’aide d’un paillage afin de conserver sa fraîcheur. Veillez également à l’oïdium, ennemi du pâtisson, qu’il conviendra de traiter si nécessaire.

La récolte des pâtissons a lieu sur une longue période allant de juillet à novembre. Les fruits se récoltent au fur et à mesure qu’ils deviennent mûrs et peuvent être conservés durant trois à quatre semaines dans un endroit sec et bien aéré.

La coloquinte, quant à elle, est une plante relativement gourmande en nutriments. Elle nécessite donc un sol riche et bien drainé. Dès le début du printemps, préparez le sol à l’aide d’une bêche et assurez-vous d’en retirer les mauvaises herbes. Une couche de compost mûr enrichira la terre dans laquelle vous planterez vos graines de coloquinte par poquets de cinq graines après la période des saints de glace, c’est-à-dire lorsque les risques de gel sont écartés. Rampante grimpante, à vous de décider le mode de culture que vous souhaitez envisager pour vos coloquintes. Dans les deux cas, le substrat devra être riche et bien drainé. De même que les pâtissons, les coloquintes ne sont pas à l’abri de l’oïdium qu’il convient d’observer attentivement et de traiter si besoin. Lorsque les premières fleurs de coloquinte apparaissent, un apport de nutriments supplémentaire, sous la forme de tourteau de ricin par exemple, encouragera le développement des plantes.

La période de récolte des coloquintes s’effectue lorsque le feuillage commence à jaunir et à se dessécher. Il est alors facile de détacher les coloquintes de leurs tiges. Une fois récoltées, laissez les coloquintes en place pendant quelques jours puis brossez-les afin de faire apparaître leur côté esthétique très agréable. Pour profiter des coloquintes en tant qu’élément décoratif dans la maison, n’hésitez pas à les vernir avec une bombe.

Filtres

Filtres

à
Trier par
Trier par
7 produits
En stock
En stock
En stock
En stock
En stock
En stock
En stock